loader

Jardin en bord de Lys

Même lorsque l'eau froide de la Lys accouche de brumes et que des vapeurs glaciales givrent les statues et les haies, ce jardin plein de perspectives conserve une force symbolique. Elles sont sauvages, les rives de la Lys.

Des visions d'enfants et des quatre saisons, de jeunes gens et d'adolescents de pierre et de bronze peuplent ce jardin. Berces géantes du caucase ou Heracleum mantegazzianum et angéliques y poussent, monumentales.

Dans le bassin, l'eau de la Lys, interrompant son cours, se repose. L'enclume de l'ancienne forge est devenue fontaine. C'est un hommage des occupants au métier qui leur a apporté la prospérité.

Suivant parfaitement les contours du bassin, derrière la large bordure des massifs, sur les côtés, s'étendent des parterres qui rendent hommage à chaque saison.

Au printemps, ce snot les hybrides d'Helleborus orientalis et les azalées qui accrochent le regard. Un mirabellier arbore alors fièrement son blanc le plus éclatant, et, toutes veloutées, les phanères des fougères se déroulent en douceur.

L'été, impétueux, étale ses roses, ses arbres aux feuillages haut en couleurs, et sa riche gamme de parfums.

L'automne montre sa plénitude, portée par des asters, des marguerites tardives et les dernières roses, déjà presque patinées.

L'hiver aime les structures et les trompe-l'oeil, comme cette fausse perspective avec laquelle Michaël recule l'horizon entre les robiniers à feuilles jaunes.

Un paysage pictural encadre la Lys et, dans le jardin blanc, de l'autre côté de la maison, s'érigent les flèches des Juniperus virginiana 'Skyrocket' au milieu des Rosa 'Alba Meidiland' et Rosa 'Schneewittchen'. Une collection de Hosta et d'érables du Japon garnissent des parterres en forme de motifs d'étoffes de Cachemire. Ce jardin a vraiment tout pour lui.